Les avantages de la location étudiante

 
Si l’idée de louer votre bien ou une partie de votre bien à un étudiant vous te... ..

Publié  168 Vues actualisé 28 journées depuis
Image

 

Si l’idée de louer votre bien ou une partie de votre bien à un étudiant vous tente, ces prochaines lignes sont faites pour vous. Immo-Diffusion a recueilli les informations les plus pertinentes pour vous guider dans votre démarche et faire de votre location étudiante une opération réussie et rentable.

La suite en trois points.

 

 

1/ Quel type de bail choisir ?

Une large variété de biens immobiliers peut convenir à la location étudiante : du studio à la grande maison, du 2 pièces à la chambre chez un particulier. Le plus important si vous destinez votre logement à ce type de location sera son emplacement. Près des facultés, des grandes écoles ou à proximité des transports en commun, c’est là le critère essentiel recherché par votre ou vos futurs locataires.

Pour ce qui est de la location en elle-même, quelle que soit la typologie de votre bien, préférez de louer en meublé. Cette solution est plus favorable aux étudiants, et vous permettra de bénéficier d’un dépôt de garantie de deux mois, ce qui offre une sécurité plus importante que celui d’un bail nu. Il faudra donc veiller à ce que le mobilier et l’équipement fourni soit suffisant pour y vivre normalement avec de seuls effets personnels (retrouvez la liste des éléments à mettre à la disposition de votre locataire en cliquant ici).

Quant au bail, plusieurs possibilités s’offrent à la location meublée : le bail étudiant de 9 mois (idéal de septembre à juin), le bail d’un an renouvelable et le bail mobilité (entre 1 et 10 mois). Vous pouvez aussi mettre en location une chambre de votre résidence principale, à condition que sa surface soit supérieure à 9 m².

S’il s’agit de mettre en location un grand appartement ou une maison, vous opterez pour la colocation. Dans ce cas, vous pourrez faire signer le même bail par tous les locataires ou signer un bail avec chacun d’entre eux portant sur des parties communes (salon, cuisine…) et des parties privatives (chambre) : une solution qui s’avère plus souple en cas de départ de l’un d’eux.

Pour chacun de ces contrats, sachez que le locataire étudiant pourra à tout moment quitter l’appartement en vous faisant part de son préavis un mois à l’avance.

Enfin, songez que si votre logement se situe proche d’une zone touristique, la combinaison d’un bail étudiant de 9 mois + location saisonnière vous permettra d’augmenter de manière significative la rentabilité de votre opération.

 

 

2/ Limitez le risque d’impayé

Les étudiants ne sont pas des locataires comme les autres : ils disposent de petites ressources et sont contraints de faire appel à des garanties plus solides pour accéder à la location. Bien souvent, ce sont leurs parents ou leurs proches qui constituent leurs garants, et ces derniers ne prennent pas le risque de voir leur enfant expulsé pour non-paiement du loyer.

Rassurez-vous, d’autres possibilités existent pour apporter du poids à leurs dossiers de location.

Des aides fournies par l’Etat, comme la CLE (Caution Locative Étudiante) prennent le relais en cas de non versement des loyers. Ou encore la garantie Visale (Visa pour le Logement et l’Emploi), garantie locative de l’Etat pour les locataires de moins de 30 ans, mis en place par Action Logement depuis 2016, qui permet au propriétaire d’être remboursé en cas d’impayés (en couvrant jusqu’à 36 mois d’impayés pour un logement situé en parc privé).

En outre, les étudiants bénéficient d’APL (Allocations Pour le Logement), une aide mensuelle qui peut être directement versée au bailleur.

Ils ont aussi accès à l’ALS (Aide au Loyer Mensuel) ou au FSL (Fond de Solidarité pour le Logement).

Dans le cas d’une colocation, où d’ailleurs le partage du montant du loyer peut être plus simple à assumer, sachez que la loi encadre ce type de location par une clause de solidarité et d’indivisibilité, rendant tous les colocataires responsables du règlement du loyer. Le propriétaire est en droit de demander l’intégralité du loyer en cas de non-versement à n’importe lequel d’entre eux.

Gardez à l’esprit que l’offre de logements dans les résidences pour étudiants reste trop faible par rapport au nombre d’inscrits, et qu’ainsi de nombreux étudiants doivent se tourner vers le parc privé pour trouver leur logement universitaire.

Dans ces circonstances, il est donc peu probable que votre logement reste vide.

 

 

3/ Bénéficiez d’une fiscalité allégée

Un des avantages reconnus de la location étudiante est qu’elle permet au bailleur de profiter d’une fiscalité réduite : un abattement fiscal d’au moins 50% sur les revenus fonciers.

En effet, tant que le montant annuel des loyers perçus ne dépasse pas les 23 000€, vous serez affilié au régime du micro-bic (revenus issus d’une location meublée non-professionnelle), et ainsi bénéficierez de son moindre taux d’imposition.

Pour les propriétaires qui louent des chambres meublées au sein de leur propre maison, ils seront complètement exonérés d’impôts sur les revenus qu’ils en dégagent : à condition que le montant du loyer respecte des plafonds stricts (190€ hors charges en Ile-de-France et 140€ hors charges pour les autres régions).

De plus, le dispositif Censi-Bouvard donne droit à une réduction d’impôt pour les loueurs en meublé qui investissent dans une résidence étudiante.

Jusqu’au 31 décembre 2021, certaines résidences meublées ont droit à une réduction d’impôt de 11% du prix de revient, pris en compte dans la limite de 300 000€. Ce dispositif concerne les logements neufs ou en état futur d’achèvement, ou ceux de plus de 15 ans ayant fait l’objet d’une réhabilitation ou d’une rénovation. Il faudra toutefois mettre le bien en location pour une période minimale de 9 ans avant une éventuelle revente.

Vous l’aurez donc compris, passer à la location étudiante vous offrira de multiples avantages, parmi lesquels une fiscalité intéressante, un faible risque de vacance locative et la garantie de percevoir l’intégralité de vos loyers. Si votre bien est proche d’un pôle universitaire, n’hésitez pas à vous lancer !

 

 

 

Le conseil d’Immo-Diffusion : Pour faciliter la mise en location de votre logement, n’hésitez pas à faire appel à un agent immobilier Immo-Diffusion, qui pourra diffuser votre annonce sur des sites spécialisés et vous proposez rapidement une liste de locataires potentiels. De la gestion des loyers aux états des lieux d’entrée et de sortie, il vous évitera les vacances locatives et saura adapter votre offre aux besoins du secteur.

 

 

 

Retrouvez le professionnel le plus proche de chez vous sur Immo-Diffusion.fr !

 

 

 

Source et suite : www.immo-diffusion.fr



Votre réaction?

1
LOL
0
LOVED
0
PURE
0
AW
0
FUNNY
0
BAD!
0
EEW
0
OMG!
0
ANGRY