Qu’est-ce que le prix net vendeur ?

Vendre son bien, oui, mais à combien ? Le prix de vente affiché n'est pas celui que... ..

Publié  3,478 Vues actualisé 1 mois depuis
Image

Si vous êtes décidé à vendre votre logement, vous avez sûrement dû entendre parler du prix net vendeur. Si cette notion fait partie des « bases » en matière de vente immobilière, sa définition n’est pas toujours très claire…

Immo-Diffusion profite de l’ambiance du début d’année pour vous briefer sur le sujet, et vous mettre sur le bon pied pour démarrer votre projet immobilier.

 

1/ La différence avec le prix FAI

« FAI, HAI, frais à charge acquéreur, honoraires à charge vendeur… » : les annonces immobilières regorgent d’abréviations diverses, mentionnées pour détailler les conditions de vente des biens.

Pour commencer, le prix net vendeur, c’est la somme qui revient exclusivement au vendeur après s’être acquitté des charges relatives à sa transaction. Il est différent du prix de vente, qui correspond au prix affiché en agence et sur les portails de diffusion, qui comprend les frais d’agence, ou FAI (ou encore HAI, pour honoraires d’agence inclus).

Le prix FAI existe donc du moment que le vendeur a recours aux prestations d’une agence immobilière pour sa vente. Si ces frais peuvent être à “charge vendeur ou charge acquéreur” en fonction des situations, cette précision doit être citée dès le mandat de vente, et ne pourra en aucun cas être permutée en cours de route (loi Alur, 2017).

 

2/ Quels frais supplémentaires prévoir ?

À ce prix net vendeur, il faut ajouter, côté acquéreur, les frais d'agence et les frais de notaire. Bien que le propriétaire vendeur ne soit pas concerné par les frais de notaire (qui sont payés par l’acquéreur), il est important d’en tenir compte. Car ils sont en mesure d’impacter le budget des futurs acheteurs.

Comme les FAI, ils sont directement liés aux prix net vendeur et correspondent généralement à 7 ou 8 % du prix de vente frais d’agence inclus. Ce qui peut faire une petite somme quand il s’agit de biens à plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’euros. Un bien proposé la vente à 300 000 €, c’est 21 000€ supplémentaires à prévoir pour l’acheteur. Des frais notariés qui ne peuvent pas être négociés (ou très peu), car il s’agit en grande partie de taxes et d'impôts destinés à l’État.

Côté vendeur, les frais engagés pour la mise en vente du bien concernent la réalisation des diagnostics immobiliers, rendus obligatoires pour toute transaction.

 

3/ Le prix net vendeur : au centre de la stratégie de vente

La distinction et la formulation du prix net vendeur est donc un point principal et à ne pas négliger lors d’une vente immobilière. Quel que soit le moyen de rétribution, c’est toujours le prix net vendeur qui sert de base de calcul pour déterminer le montant des autres frais.

Pour l’acquéreur, son montant est bien sûr décisif dès l’étape de la recherche.

Pour le vendeur, il s’agit d’optimiser au maximum sa transaction, qui le plus souvent, est suivi du rachat d’un nouveau bien immobilier. Le prix net vendeur constitue une base importante pour le calcul du budget du futur investissement.

Au centre de la stratégie de vente, il est donc utile de faire appel à un expert ou un conseiller immobilier pour réaliser une estimation de prix net vendeur du bien et se positionner le mieux possible en termes de prix et de contexte, avant de le mettre sur le marché.

 

 

 

Pour cela, retrouvez les meilleurs conseillers de votre secteur sur Immo-Diffusion.fr, et toutes les astuces pour vendre votre bien efficacement.

 

 

 

CONSULTEZ POUR PLUS D'INFORMATIONS !
Page dédiée ici : www.immo-diffusion.fr



Votre réaction?

0
LOL
0
LOVED
0
PURE
0
AW
0
FUNNY
0
BAD!
0
EEW
0
OMG!
0
ANGRY